En mémoire du 6 décembre 1989 : chaque jour de l’année, nous souvenir, résister et ne pas plier face à la violence du patriarcat

6 Déc

Le 6 décembre 1990, invitée par les féministes québécoises, Andrea Dworkin a prononcé un discours mythique à Montréal à l’occasion de la commémoration du massacre de l’Ecole polytechnique du 6 décembre 1989 par Marc Lépine, un antiféministe.

Au cours de ce massacre, Marc Lépine a tué 14 femmes. Avant d’ouvrir le feu, il a crié : « Vous êtes des femmes, vous allez devenir des ingénieures. Vous n’êtes toutes qu’un tas de féministes, je hais les féministes ».

Image

Image

Les 14 femmes tuées par Marc Lépine le 6 décembre 1989 à l’Ecole polytechnique de Montréal.

Voici quelques extraits de ce fameux discours d’Andrea Dworkin :

« Nous devons empêcher les hommes de faire du mal aux femmes dans la vie quotidienne, dans la vie ordinaire, à la maison, au lit, dans la rue, et à l’Ecole polytechnique. Nous devons enlever le pouvoir public aux hommes, que cela leur plaise ou non et quoi qu’ils fassent. »

« D’une façon ou d’une autre, il nous faut désarmer les hommes. Nous devons être les femmes qui s’interposent entre les hommes et les femmes à qui ils veulent faire du mal. Nous devons mettre fin à l’impunité des hommes, car c’est cela qu’ils possèdent, l’impunité de faire mal aux femmes de toutes les façons dont ils nous font systématiquement mal.

La féministe est la femme qui est là non parce qu’elle est l’épouse de l’homme, mais parce qu’elle est la sœur de la femme contre qui l’homme agit comme une arme. Le féminisme existe pour qu’aucune femme n’ait jamais à faire face à son oppresseur dans le vide, seule. Il existe pour briser le secret où les hommes violent, battent et tuent les femmes. Ce que je dis, c’est que chacune d’entre nous a la responsabilité d’être la femme que Marc Lépine voulait assassiner. Il nous faut vivre avec cet honneur, ce courage.  Nous devons repousser la peur. Nous devons tenir bon. Nous devons créer. Nous devons résister, et nous devons arrêter de consacrer les 364 autres jours de l’année à oublier tout ce que nous savons. Nous devons nous en souvenir chaque jour, et pas seulement le 6 décembre. Nous devons mettre nos vies au service de ce que nous savons et de notre résistance au pouvoir masculin utilisé contre nous. »

In DWORKIN, Andrea, Pouvoir et violence sexiste, Editions Sisyphe, Montréal, 2007, p. 43

Une Réponse to “En mémoire du 6 décembre 1989 : chaque jour de l’année, nous souvenir, résister et ne pas plier face à la violence du patriarcat”

  1. sarahc351 6 décembre 2013 à 23:53 #

    A reblogué ceci sur Sarahc351 Blog.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :